Audit SEO

Comment faire un Audit SEO complet : on-site, off-site, on-page

5
(2)

Comment faire un audit SEO ?

Pourquoi faire un audit SEO ?

Définition de l’audit SEO

D’abord, définissons de quoi on parle :

  • Le SEO, search-engine optimization, désigne l’ensemble des techniques utiles pour favoriser le bon classement d’un contenu web dans les moteurs de recherche – notamment dans Google qui possède un monopole de fait dans la plupart des pays du monde
  • L’audit SEO, c’est une analyse technique approfondie, détaillée, des caractéristiques d’un site web, ou d’une page, ou d’un contenu (titre, texte, image, etc), qui contribuent à son classement

Usages et enjeux de l’audit SEO

Il est évident que quand on publie une page web, on souhaite qu’elle soit lue, qu’elle touche son public.

Dans le cas d’un site qui vend des produits, ou des services, le référencement est même vital car si personne ne vient sur votre boutique ou votre site-vitrine, vous ne vendez rien.

Un site web sert donc à ramener du trafic, mais pas n’importe lequel : si vous vendez des voitures de luxe en France et que vos articles vous ramènent un public d’un million d’enfants  français, de deux millions d’adultes indonésiens, ou de trois millions de chômeurs allemands sans pouvoir d’achat, ces six millions de visiteurs vous rapporteront un chiffre d’affaire de 0€.

Ce dont les entrepreneurs ont besoin, et qui justifie de faire un audit SEO, c’est le trafic qualifié, ciblé.

Il faut donc non seulement créer le bon contenu pour qu’il soit bien classé, si possible en page 1 de Google sur un mot-clé pertinent en lien direct avec l’activité de l’entreprise, mais encore il faut toucher précisément le public à qui vous voulez vendre vos produits ou services

C’est tout l’enjeu d’un audit SEO :

  • diagnostiquer la situation
  • améliorer le classement de vos contenus
  • augmenter la pertinence de vos mots-clés et leur adéquation aux attentes de votre public-cible.

Objectif SEO

Définir un objectif SEO

Avant d’auditer, vous devez savoir ce que vous cherchez, ce que vous voulez obtenir comme résultat de votre audit.

Par exemple :

  • Mieux classer un contenu-clé
  • Obtenir du trafic sur certains de vos produits les plus chers
  • Faire monter une de vos pages de la 3è page des résultats de Google à la 1ère page, sur un mot-clé donné
  • etc

En fonction de ces objectifs, vous saurez quoi étudier, ce qui vous mènera vers les mesures à prendre.

Effectuer un audit SEO, en effet, n’a de sens que dans un contexte donné : on ne peut pas auditer 100% des paramètres en profondeur, car cela prendrait des centaines d’heures et s’avérerait dans la plupart des cas non-rentable.

Objectif SEO

Comment définir un objectif SEO

Définir un objectif SEO à partir d’un audit permet de piloter les actions de référencement naturel et d’en mesurer les effets.

Recherche de mots cles
Recherche de mots-clés

Définir une stratégie de mots-clés

Une stratégie SEO efficace se base forcément sur une stratégie de référencement et de positionnement de contenus sur des mots-clés précis.

Mais qu’est-ce qu’un bon mot-clé ?

Cela dépend de nombreux facteurs :

  • La puissance de votre site : si vous avez beaucoup de contenus depuis longtemps, bien classés sur Google, alors vous pouvez envoyer du « jus de lien » à de nouveaux contenus optimisés pour des mots-clés très pertinents mais très concurrentiels ; à l’inverse, un petit site récent et pauvre en contenus n’a aucune chance de ranker sur des mots-clés à forte valeur ajoutée.
  • La concurrence sur ce mot-clé : plus il y a de contenus concurrents sur un mot-clé, moins vous avez de chances de les battre.
  • La taille du mot-clé : ranker sur « crédit immobilier à Limoges » est plus facile, car moins concurrentiel, que ranker sur « crédit immobilier » tout court, qui lui est trusté par des sites riches qui ont investi des milliers d’euros en SEO pour tenir leur position.
  • La pertinence du mot-clé : il doit être le plus proche possible de votre cœur d’activité, en évitant d’être trop concurrentiel donc imbattable.
  • La rareté du mot-clé : les mots-clés très cherchés apportent en moyenne plus de trafic que les mots-clés rarement cherchés…

La Google Search Console peut vous aider à identifier les mots-clés tapés par les internautes pour accéder à une de vos pages.

Note : contrairement à une idée répandue il n’est guère utile d’avoir le mot-clé dans l’url de votre site – mais dans celle de la page, oui !

Recherche de mots-clés Ahrefs

Comment définir une stratégie de mots-clés

Définir une stratégie de mots-clés permet d’améliorer le référencement naturel SEO donc le trafic d’un site web. On optimise pour une intention de recherche.

Monde 2 milliards de sites web

Auditer la concurrence

Un monde saturé

Il existe, en 2021, environ 2 milliards de sites web.

Intégrez bien ce que signifie cette information : il n’est tout simplement plus possible de trouver un seul domaine vierge.

En d’autres termes, même pour le mot-clé le plus rare vous avec forcément des concurrents.

Vous ne publiez pas dans le vide, mais dans un monde saturé d’information, une offre pléthorique.

Dès lors, publier et trouver son public, c’est forcément battre ses concurrents, passer devant dans les moteurs de recherche.

Et pour les battre, il faut d’abord les trouver, les étudier, les comprendre.

Trouver les pages concurrentes

Pour trouver quelles pages de votre site sont bien classées sur des mots-clés ou expressions-clés sur lequel vous voulez obtenir du trafic, taper ces mots-clés dans un moteur de recherche – Google, Bing, Ecosia, Lillo, DuckDuckGo, etc – et regardez d’abord les titres des 10, 20 ou 30 premiers résultats : cela vous indiquera des mots-clés plus longs, plus riches, plus complexes, ou des mots-clés parents sur lesquels vous pourrez vous placer aussi.

Analysez aussi les informations que Google vous propose pour vous aider à trouver des contenus pertinents : il propose notamment des listes de questions contenant le mot-clé, posées par les internautes – questions qui vous donnent des idées de titres d’articles répondant précisément.

Analyser l’autorité de domaine des rivaux

Analyser la concurrence SEO

L’autorité de domaine est évaluée selon les sources par un nombre entre 0 et 100 ou entre 0 et 10. Plus l’autorité de domaine d’un site web est élevée, plus ses pages ont de chances de bien se classer dans les résultats de recherche.

Conséquence : un petit site ne peut pas battre un site dont l’autorité de domaine est immense sur un mot-clé concurrentiel. Comme un loulou de quartier ne peut pas battre un champion de MMA. 

L’autorité de votre site Internet monte surtout quand des domaines très bien notés font des liens vers lui. C’est à dire rarement, en général…

Analyser les mots-clés des concurrents

Ensuite, visitez chacun de ces articles et regardez quels mots sont les plus utilisés, les mieux mis en valeur, dans les titres notamment, H1 H2 H3 H4 H5 H6.

Vous pouvez savoir quels mots-clés sont présents sur une page, en utilisant des outils d’audit SEO, gratuits ou payants :

Analyser les backlinks des concurrents

Analyser les liens reçus par les pages concurrentes de votre contenu sur tel mot-clé donné, vous permet de mieux comprendre comment vous pouvez battre ces concurrents.

Vous pouvez utiliser un de ces outils SEO :

Une fois que vous avez une liste de sites qui ont fait un lien vers vos concurrents, vous pouvez contacter ces sites et leur proposer de faire un lien, un article invité, un échange d’articles, ou toute autre forme de partenariat.

Analyser les intentions de recherche

En fonction de votre objectif SEO, vous définissez des mots-clés.

Un des critères de choix de ceux-ci est l’intention de recherche de l’internaute.

Cette intention peut être :

  • informationnelle : l’internaute cherche à savoir quelque chose (c’est environ 4 recherches sur 5)
  • navigationnelle : l’internaute cherche le site d’une entreprise, d’un média
  • transactionnelle ou commerciale : l’internaute cherche à acheter quelque chose, ou à s’informer sur un produit qu’il compte acheter (il cherche par exemple un comparatif ou le meilleur produit)

Il faut évidemment mettre sa stratégie de référencement en conformité avec les intentions de recherche de l’internaute : pas question de fournir un article de blog quand le surfeur cherche un produit, et inversement.

Par contre, alimenter un blog pour satisfaire les requêtes informationnelles peut être un excellent moyen de faire connaître un site e commerce.

Analyser la vitesse de chargement

Etant donné que la vitesse de chargement fait partie des critères du SEO technique, vous ne pouvez pas espérer ranker s’il existe un écart de performance important entre votre site web et la concurrence. Même si ce critère technique a un faible impact, à contenu de qualité égale il fait passer les pages performantes devant les pages moins performantes, ce qui peut entraîner, à l’échelle de tout un site et sur la durée, des variations substantielles de trafic.

Jouez-la comme Google ! Surveillez vos performances avec Google Analytics et Google Search Console ou des outils équivalents.

Audit SEO on site

L’audit technique SEO on-site

L’audit SEO on-site analyse l’ensemble des caractéristiques internes à un site web, et qui influent sur le classement de ses pages sur des requêtes précises.

Garantir le SSL / HTTPS

Depuis 2014, le SSL fait partie des critères de classement d’une page web d’après Google.

Depuis 2018, Google déclasse même les sites qui en sont dépourvus.

Vous feriez donc mieux d’installer un certificat SSL pour rendre votre site accessible sous le protocole https.

Corriger les erreurs 404

Si en naviguant sur votre site l’internaute tombe sur une erreur 404, c’est à dire une « page not found« , page non-trouvée, page manquante, cela fait mauvaise impression.

Et Google est du même avis.

Il existe des plugins WordPress pour s’occuper de ce problème. Notamment les plugins SEO RankMath, Yoast SEO et SEOPress.

Redirections 301 et 302

Les redirections 3xx indiquent aux moteurs de recherche qu’une page a été déplacée, définitivement (redirection 301) ou temporairement (redirection 302). ça vaut mieux qu’une 404 (page not found, page non-trouvée) !

Audit SEO de l’indexation

L’indexation désigne ce processus par lequel un moteur de recherche :

  • visite un site web
  • scanne l’ensemble de ses pages accessibles (à l’exception des pages marquées « no-index« )
  • inscrit ces pages et leur contenu dans son index, en gardant la mémoire de ses mots-clés et de diverses caractéristiques

Cette indexation se fait « naturellement » quand Google ou un autre moteur surfe sur le web, tombe sur un lien qui pointe vers votre site, suit les liens qu’il trouve sur cette page, et ainsi de suite.

Ou bien, l’indexation se fait quand vous déclarez l’existence de votre site aux moteurs de recherche, via leurs outils pour webmasters :

  • La Google Search Console
  • Bing Webmasters Tool
  • Yandex Webmasters Tool
  • etc

Si une page n’est pas indexée par un moteur de recherche, elle n’est tout simplement pas trouvable depuis ce moteur (mais peut l’être depuis un autre).

On va donc faire un audit SEO pour vérifier

  • 1/ que l’ensemble des pages signifiantes de votre site est correctement indexée,
  • 2/ mais également que certaines pages ne le sont pas, car l’indexation de pages vides, ou de doublons, vous fait perdre en qualité et contribue à dégrader vos classements dans les résultats de recherche.

Vérifier l’indexation des pages avec la Google Search Console !

Eliminer les doublons

Des pages web ou des contenus peuvent être indexés plusieurs fois, car les moteurs ont pu y accéder de diverses manières, et croire qu’il s’agit de sites différents : les pages de votre site entrent alors en concurrence avec elles-mêmes, se parasitent, ou subissent des sanctions parce que Google ou un autre moteur y voit une forme de triche ou de spam.

Vous générez des doublons par erreur quand vous laissez votre site Internet être accessible :

  • à la fois avec et sans le préfixe www + votre nom de domaine
  • à la fois avec le protocole http et avec le protocole https

Pour éviter ces erreurs, vous devez empêcher ces doubles indexations en vous assurant qu’une seule version de votre site est indexable.

Pour cela, vous devez installer une redirection 301 sur toutes vos pages.

Désindexer les pages inutiles

Mal configuré, un site WordPress conduit à l’indexation de pages en doublon.

Imaginons par exemple que vous créer un article « Colliers de perles en nacre ». Vous lui attribuez la catégorie « Colliers de perles », et les tags (étiquettes) « colliers », « perles », et « nacre ». 

En faisant ceci, vous obtenez 4 nouvelles pages qui citent le titre de l’article et son texte en entier ou un extrait. Pour Google, c’est 5 fois le même contenu, et il peut y voir une forme de triche.

Si l’audit SEO détecte ce problème, vous devez le régler en mettant les pages de catégories et de tags en no-index : Google pourra surfer dessus mais ne les indexera pas, ce qui fait que vos articles seuls seront indexés et qu’aucune autre page de votre site ne leur fera de concurrence interne (= cannibalisation).

Contrôler l’indexation avec le fichier robots.txt

Pour contrôler ce que les « crawlers » (les robots d’indexation des moteurs de recherche) peuvent indexer ou non sur votre site Internet, il existe le fichier robots.txt, placé à la racine de votre répertoire WordPress.

Ce fichier robots.txt contient du code qui indique précisément quels fichiers et répertoires sont visitables et indexables, et par quels robots

Par exemple ce code interdit à tous les robots d’accéder au répertoire wp-admin :

User-agent : *
Disallow : /wp-admin/

Créer un sitemap

Sitemap, en anglais, signifie « carte de site » ou plan de site.

Quand votre site possède une sitemap, le code-source de chacune de vos pages en mentionne l’url, de sorte que chaque moteur de recherche qui vous rend visite peut le visiter et, de là, indexer la totalité de ce que vous souhaitez lui faire indexer.

Encore mieux : vous pouvez donner vous-mêmes cette sitemap à Google, à Bing, à Yandex, via leurs outils pour webmasters.

Des plugins pour WordPress vous permettent de générer ces sitemaps automatiquement et de les actualiser chaque fois que vous publiez, modifiez ou supprimez une page, un produit, une image, une catégorie, etc :

Construire l’arborescence du site

L’arborescence d’un site, c’est la structure qui organise son information – en d’autres termes, c’est son plan général.

Le plan d’un site se doit d’être clair, logique, cohérent, à la fois pour le confort du public – qui doit s’y retrouver facilement – et pour la qualité de l’indexation par les moteurs de recherche, qui vont faire des calculs de pertinence sémantique par proximité : or si tout est mal rangé ces calculs seront faussés et vos pages obtiendront des notes moins bonnes que si tout était bien classé.

Redaction web SEO topic cluster
Cocon sémantique

Un cocon sémantique est une forme encore plus sophistiquée de topic cluster, où les pages de second niveau vont se lier à des pages de troisième, quatrième niveau et plus. Chaque page va faire un lien vers la page-pilier et vers sa page de niveau supérieur.

Ce maillage interne fait donc descendre et remonter beaucoup de jus SEO interne ; de plus, il en transfère aussi latéralement, la page « la cuisine de Brest » pouvant lier vers la page « la cuisine de Rennes ».

Optimisation de la vitesse de chargement

Audit SEO de la qualité technique

Améliorer la vitesse de chargement

La vitesse d’un site – le temps de chargement de votre site – fait partie des critères de classement d’une page dans les résultats des moteurs de recherche.

Ainsi, en théorie, deux pages A et B au contenu comparable, l’une lente, l’autre rapide, vont se classer ainsi : la page rapide va devancer la page lente.

Des spécialistes ont mesuré le fait que chaque seconde d’attente supplémentaire devant une page qui tarde à se charger, génère une perte de public de 10% : après 10 secondes, 100% du public a cessé d’attendre et préféré retourner sur Google vers cliquer sur un autre lien vers un site plus réactif.

Donc surveillez la vitesse de chargement : votre site doit se charger en quelques secondes. Sinon, agissez !

Signaux web essentiels de Google Pagespeed (« core web vitals »)

Google Pagespeed Core web vitals 1

Pagespeed est un site gratuit de Google qui sert à mesurer les performances techniques d’un site sur un certain nombre de critères, notamment la vitesse et la qualité technique des éléments d’une page (fichiers CSS et JS, taille des images, temps de chargement de chaque élément, etc).

Google a défini 4 métriques qu’il a nommées « core web vitals » :

  • First Contentful Paint (FCP) : le premier rendu visuel

  • First Input Delay (FID) : le délai de réponse du site quand l’internaute interagit avec lui

  • Largest Contentful Paint (LCP) : le plus gros élément visuel rendu dans le premier écran – lié à la vitesse de chargement

  • Cumulative Layout Shift (CLS) : le total des décalages dans le rendu visuel de la page

A chaque mise à jour majeure de votre site web, il faut veiller à ce que ces métriques restent correctes selon mister Google !

Garantir la responsivité sur ordi, tablette, et téléphone / smartphone

Responsive design

On ne sait jamais d’avance sur quelle machine s’affichera un site web : ordinateur avec écran minuscule ou géant, tablettes de diverses tailles, vieux téléphones, smartphones dernier cri…

Un bon site s’affiche correctement sur tous les formats : il est « responsive« , c’est-à-dire adaptable, il se redimensionne automatiquement – sa maquette, ses typos, ses tailles d’images etc.

Il peut même afficher ou non certains éléments en fonction du support : ainsi on peut coder certaines parties d’une page pour qu’elles n’affichent qu’un minimum d’informations sur un tout petit écran, puis d’autres infos sur un écran moyen ou grand.

Utiliser les media queries

Pour gérer ces tailles et ces résolutions d’écran, on utilise un code CSS, les media queries (requêtes média).

Ces media queries se basent sur des informations que donnent les navigateurs des internautes et mobinautes aux pages web : le navigateur dit « j’ai tant de pixels en largeur et en hauteur », et la page web réagit en disant « ok, alors je te fournis ce code adapté à tes dimensions ».

En gros, une media query dit : si le visiteur a un écran, et si cet écran fait au maximum 800 pixels de large, alors la taille des titres d’article sera de 20 pixels.

Vérifier l’ergonomie mobile sur Google Search Console

Google Search Console ergonomie mobile
La vérification de l’ergonomie mobile dans la Google Search Console

Erreurs, négligences, paramètres de plugins mal gérés : nombreuses sont les raisons qui perturbent et dégradent l’affichage d’une page, surtout sur un téléphone mobile.

Pour vous assurer qu’à l’échelle de tout votre site, l’ergonomie mobile est correcte, la Google Search Console vous propose une section dédiée, qui vous donne les erreurs rencontrées par Google et les pages concernées, ce qui vous permet de les corriger.

Corriger les erreurs JS et CSS

Corriger les erreurs dans la console de linspecteur Chrome
Erreur dans la console de Chrome

Une librairie JS manquante, un code CSS incohérent, un fichier impossible à charger, et c’est le drame : alors que tout fonctionne par ailleurs, l’affichage de votre site ressemble à un pigeon écrasé trois fois.

Pour régler ce problème, ouvrez l’inspecteur de votre navigateur et regardez la section Console, qui vous affiche les erreurs au niveau d’une page donnée.

Attention : cette méthode ne marche que page par page. Mais si une erreur se produit sur une page, souvent elle en affecte aussi d’autres ; si vous la réglez sur l’une, vous la réglez aussi sur les autres.

Améliorer l’UX / expérience utilisateur

UX UI experience utilisateur

L’audit SEO s’intéresse forcément à l’UX, puisque celle-ci génère les principales métriques de classement sur les moteurs de recherche.

L’UX, User eXperience, ou expérience utilisateur, c’est ce que vit quelqu’un qui navigue sur votre site.

L’expérience utilisateur d’un site web est bon quand sa navigation est claire, quand son texte est lisible, quand ses boutons sont facilement cliquables, quand il vous propose des actions pertinentes au bon endroit et au bon moment (cliquer, s’inscrire, envoyer un formulaire, changer de page, etc).

Au contraire, si votre site web rame, si le contenu de votre site rend les internautes confus ou s’avère mal écrit, si son design n’est pas adapté aux divers types d’écrans (et à la logique de mobile-first de Google) ou si sa typo est illisible, alors le taux de rebond (taux d’internautes qui prennent la fuite en vous voyant) va crever les plafonds tandis que  l’expérience utilisateur catastrophique de votre site va le faire couler tout au fond des SERPs.

Maillage interne
Maillage interne

Bien construire le maillage interne

Le maillage interne désigne le réseau de liens entre vos pages.

Imaginons que vous ayez un site sur la sociologie, avec un long article portant sur « les grands sociologues ». Cet article fait des liens vers 30 portraits détaillés de ces grands sociologues : Durkheim, Bourdieu… Ces articles eux-mêmes contiennent un lien vers l’article principal.

Ainsi, celui-ci obtient 30 liens et du trafic depuis les pages des sociologues, ce qui lui donne plus de puissance.

De même, quelqu’un qui trouve la page « Durkheim » après avoir tapé le nom de ce sociologue sur Google, sera peut-être intéressé par la page principale, et de là par d’autres portraits de sociologues : ainsi vous aurez obtenu 3 pages lues au lieu d’une, et de bonnes statistiques de clic et de temps passé sur votre site, statistiques qui indiqueront à Google que le public apprécie le contenu de votre site.

(Imaginez le contraire : personne ne clique sur les liens, chaque visite dure 10 secondes : aux yeux de Google cela signifie que le public n’aime pas votre site, et il vous envoie de moins en moins de public.)

L’audit SEO peut donc révéler des soucis de maillage interne et inviter le webmaster à les corriger, tout simplement en se faisant des liens à lui-même, avec les mots-clés dans une ancre optimisée – la moindre des politesses !

Eliminer les pages orphelines

Les pages orphelines sont des pages publiées, vers lesquelles aucun lien interne ne pointe : vous avez oublié de les intégrer dans un menu, dans une catégorie, un article etc.

Cette page ne bénéficie donc d’aucune puissance SEO et n’en distribue pas non plus : en d’autres termes, isolée, elle ne sert à rien.

Solution : vous devez la réintégrer, en faisant un lien depuis une autre page indexée et intégrée via un menu, une catégorie, ou un lien depuis une page.

Topic cluster et cocon sémantique

Topic cluster

Un topic cluster et un cocon sémantique représentent deux formes avancées de maillage interne très efficace, dans le cadre d’une stratégie de référencement par couverture de niche.

Un topic cluster, « nid thématique« , a une page principale (dite « page-pilier« ), qui joue le rôle de sommaire, qui fait des liens vers une série d’autres pages sur le même thème mais de manière plus précise et détaillée.

Par exemple, votre page-pilier traite de « la cuisine française », décrit brièvement les variantes région par région, et chaque paragraphe sur les cuisines régionales est suivi d’un lien vers un article qui propose une description plus détaillée de cette cuisine : la cuisine alsacienne, la cuisine bretonne, etc. Chaque article-enfant renvoie vers la page-pilier, qui obtient donc puissance SEO et trafic en redistribuant le précieux « jus SEO« .

Lien SEO netlinking  

L’audit SEO off-site

L’audit SEO off-site s’intéresse à l’ensemble des paramètres extérieurs à un site donné, et qui influent sur son référencement dans les moteurs de recherche.

Audit SEO des liens entrants

L’importance des backlinks

Une page peut recevoir et émettre des liens, qui sont à la base du fonctionnement d’Internet.

En effet, Internet est un réseau de documents hypertexte ( = des textes reliés entre eux), régulé grâce à un protocole de communication nommé HTTP : hypertext transfer protocol.

Imaginons que j’aie un site, nommé AAA.

Sur ce site, j’ai une page A1. Elle fait un lien vers deux autres pages, A2 et A3. Il s’agit de liens internes.

Ma page A1 fait aussi un lien vers la page B1 d’un autre site, nommé BBB. Il s’agit d’un lien externe, de mon point de vue. Pour BBB, il s’agit d’un lien entrant : la page A1 du site AAA lui envoie du trafic et lui passe du « jus SEO« .

Depuis longtemps, Google et les autres moteurs de recherche considèrent le nombre et la qualité des liens entrants comme un facteur essentiel de référencement.

En effet, si les 2 milliards de sites Internet font 0 lien vers mon site après 1 an d’existence, c’est comme si Internet avait dit : il est nul, ignorons-le ! Dès lors, pourquoi Google enverrait-il du trafic à un site qui n’a plu à personne ?

Maintenant, mettons qu’un élève de collège fasse un exposé sur les fusées, et mette cet exposé sur un site web, un WordPress gratuit. Il avertit sa famille, dont la tante Renée qui a un site de cuisine : gentiment, elle fait un lien vers l’article sur les fusées. Google fait son audit SEO à lui : « Tiens, un site peu visité fait un lien vers un site inconnu, alors que les deux sites n’ont aucun lien thématique ». Google conclut que ce lien n’a quasiment aucune valeur.

A l’inverse, le site de la NASA, qui existe depuis 30 ans et jouit de millions de liens entrants, fait un dossier sur les fusées. Les articles de ce dossier reçoivent des liens des plus grands magazines scientifiques, de centres de recherche, d’universités, et de millions d’amateurs de sciences et technologies. Google constate que ces articles de la NASA sont plébiscités, et les classe donc en première page dès que quelqu’un cherche « fusée ».

Au fond donc, ce n’est pas Google ni les autres moteurs qui jugent de la qualité des pages web, des sites web : les moteurs ne font qu’entériner les choix du public. Faites un site qui plait aux gens, et il plaira automatiquement à Google.

Ce n’est pas juste le nombre de liens qui importe, mais surtout leur qualité : 100 liens de petits sites récents ne valent pas 1 seul lien d’un site énorme qui existe depuis 10 ans et qui a lui-même reçu 10 000 backlinks.

Les critères de qualité des backlinks

Puisque tous les liens entrants ne se valent pas, quels sont les critères qui font la différence ?

  • L’autorité du domaine
  • L’autorité de la page
  • La diversité des types de liens, des sources, des paramètres
  • L’ancre, et la présence de mots-clés pertinents dans cette ancre
  • La localisation nationale
  • La localisation linguistique

Pour savoir si vous manquez de liens entrants, vous pouvez effectuer un audit SEO de vos backlinks, avec divers outils comme Semrush, Ahrefs ou Ubersuggest.

Obtenir des backlinks

Soyons clairs : au début de l’Internet, les gens se faisaient volontiers des liens. Mais avec la montée du SEO comme compétence professionnelle stratégique dans les années 2000 et 2010, ces liens ont de plus en plus été perçus et pratiqués comme une denrée précieuse, presque rare.

Aujourd’hui, certains pros du web mettent leurs liens externes en nofollow, disant aux moteurs de ne pas les suivre : ils vous recommandent sans vous recommander, ils lient sans donner de jus.

L’Internet étant devenu largement commercial, les concurrents évitent de se faire des liens entre eux, on ne va quand même pas aider un rival !

Bilan, la généreuse philosophie d’interrelation initiale a accouché d’un monde du chacun pour soi, où les sites qui ont les moyens de payer un SEO pro peuvent écraser les autres.

Néanmoins, il est toujours possible d’obtenir des backlinks « naturels » : tout simplement en publiant des pages à haute valeur ajoutée : bien écrites, bien illustrées, bien formatées. Si c’est génial, les gens feront spontanément des liens vers les pages qui les épatent, les instruisent, leur apprennent quelque chose.

Désavouer des backlinks (disavow)

Certains liens entrants sont toxiques, ils font plus de mal que de bien à votre classement.

Il peut s’agir de sites piratés, de réseaux de sites tricheurs, de sites sans aucun lien avec vos thèmes, ou encore de sites de spam publicitaire ou idéologique (achetez du Viagra, votez Trump).

Ce genre de recommandations, vous gagnez à vous en débarrasser : et si vous n’avez pas le pouvoir de supprimer un lien fait depuis un site tiers, vous avez le pouvoir de signaler à Google que vous considérer que tel lien est néfaste pour vous : c’est la procédure de désaveu (disavow) proposée dans la Google Search Console et d’autres outils pour webmasters.

Audit SEO on page 

L’audit SEO on-page

L’audit SEO on-page décortique l’ensemble des caractéristiques d’une page web donnée, qui influent sur son référencement naturel dans les moteurs de recherche.

Audit SEO de la rédaction web

Qualité de l’écriture

Correction de

Incroyable mais vrai : une bonne page s’écrit

  • en bon français (eh oui, déjà en primaire on vous préparait à faire un bon audit SEO, mais vous n’écoutiez pas 🙂 )
  • avec des alinéas fréquents pour garantir la lisibilité (en évitant les pavés)
  • avec une structure de titres claire et hiérarchisée
  • avec des illustrations, des médias, divers enrichissements

Ne négligez donc pas la qualité de la rédaction web, car c’est le cœur de votre référencement !

Liens internes pertinents

Les liens internes participent de la qualité générale d’une page et d’un site, en autorisant la lecture transversale et hypertexte, concept fondateur d’Internet : le public n’a pas forcément envie de tout lire dans une page, il veut savoir certaines choses précises et va surfer au fil de ses curiosités : cliquer un lien pour approfondir un aspect, lire, revenir en arrière, sauter une partie, en lire une autre, suivre un lien puis un autre, etc. 

Il s’agit donc d’autoriser ces parcours transversaux de lecture en plaçant aux endroits clés des liens pertinents. 

Longueur du contenu

En SEO, la taille des contenus compte.

Si, en première page des résultats de recherche Google sur un mot-clé donné, la moyenne des pages fait 2000 mots, alors vous avez de bonnes chances de vous classer en publiant une page de taille similaire.

 En publiant un article plus long, vous augmentez vos chances de ranker sur plus de mots-clés.

En publiant un article plus court mais plus dense et plus synthétique, vous pourriez augmenter la satisfaction des lecteurs.

La bonne taille est donc un compromis à trouver entre les enjeux du référencement et l’expérience utilisateur. Quand l’utilisateur cherche un contenu court, comme une définition, rien ne sert de lui fournir un mega-article.

Comment trouver des clients

Comment trouver des clients sur Internet ? (avec le SEO !)

Comment trouver des clients sur Internet ? Investissez dans la meilleure technique de prospection commerciale : rédaction web SEO / référencement naturel

Audit SEO des balises HTML

Optimiser la balise title

Balise title et H1 en HTML
Balise title et H1 en HTML

La balise HTML title définit le titre d’une page – titre qui sera souvent repris par les moteurs de recherche et affiché dans leurs résultats.

Cette balise title n’est pas exactement identique à la balise H1, qui correspond au titre de la page, tel qu’affiché dans la plupart des thèmes WordPress.

La grande différence tient aux limites imposées à la balise title, dont la longueur ne doit pas dépasser les 65 caractères environ, tandis que la balise H1 n’est pas limitée.

Par conséquent, vous pouvez créer un title avec votre mot-clé principal, et un H1 plus élaboré avec ce mot-clé principal, + quelques mots clés supplémentaires. 

Il arrive qu’un audit SEO révèle que plusieurs H1 ont été utilisés sur une même page, ou qu’un site a plusieurs H1 répétés ou similaires. Soucis à corriger d’urgence !

Une bonne habitude à prendre consiste à rendre vos titres incitatifs : ces titres qui incitent le public à l’action s’avèrent en effet plus efficaces.

Optimiser les balises titre HN

Les balises HTML de titre H2, H3, H4, H5, H6, servent à hiérarchiser l’information d’une page, non seulement pour le lectorat mais également pour les moteurs qui peuvent, grâce à ces titres, comprendre de quoi parle chaque sous-partie, et donc en déduire la pertinence sémantique de la page et de chaque partie par rapport à une requête donnée.

Optimiser la meta description

La balise meta description apparait la plupart du temps uniquement dans le code-source d’une page, et pas dans la page elle-même, car la plupart des thèmes ne l’intègrent pas, à raison.

En effet, ces meta descriptions sont destinées aux moteurs de recherche : il s’agit d’un bref résumé du contenu de la page.

Une bonne balise meta-description optimisée SEO contient les mots-clés principal et secondaire et compte +/- 155 caractères.

Google et les autres moteurs de recherche s’en servent fréquemment pour l’afficher en-dessous du titre fourni par la balise title.

Optimiser les balises image (surtout alt)

Le langage HTML dispose de plusieurs attributs de balise pour décrire le sens et la fonction d’une image :

  • title, le titre de l’image
  • l’attribut alt, le texte alternatif qui doit s’afficher si le terminal utilisé ne permet pas d’afficher l’image, et qui compte pour le SEO
  • légende, la légende qui se placera en général sous l’image, pour la décrire, la commenter, mais qui ne compte pas pour le SEO

Le nom du fichier de l’image est également pris en compte par les moteurs dans leur analyse de la pertinence.

Une page avec 10 images bien nommées, bien titrées, bien légendées etc, donnera plus d’info sémantique pertinente aux moteurs, et donc se classera mieux, que la même page avec les mêmes images sans informations.

Éliminer le duplicate content (contenus dupliqués)

Duplicate content contenu duplique

Le contenu dupliqué dégrade la pertinence d’une page et d’un site puisque par définition son contenu perd de son originalité et de son unicité.

Ce contenu dupliqué peut être involontaire, comme quand un webmaster règle mal les paramètres de WordPress et de ses plugins SEO, et laisse indexer les tags et les catégories : dans ce cas, les titres des articles, et leurs extraits de texte, voire leurs textes entiers, sont répétés encore et encore, sur les pages des articles, sur les pages des catégories et les pages des tags.

Le contenu dupliqué peut aussi être volontaire, dans le cas où le webmaster ignore le danger.

La pire forme de duplicate content est le plagiat : vous copiez-collez sur votre site le contenu d’un autre site. Non seulement c’est illégal, mais dès que Google ou un autre moteur s’en apercevra, votre page voire votre site risque de subir des sanctions. Ne jouez donc pas avec le feu. Et si vous achetez des articles de rédaction web bon marché, vérifiez qu’on ne vous a pas vendu des articles plagiés !

La bonne pratique veut qu’on évite de répéter tout contenu, car cela génère au minimum un risque de cannibalisation.

Seule exception : vous avez le droit de citer un texte, un extrait d’une autre page. Mais alors, utilisez la balise html blockquote. Google ne vous en voudra pas.

Conclusion​

J’espère que cet article vous aura appris à réaliser un audit SEO de votre site, surtout s’il s’agit d’un site professionnel ou eCommerce dont vos revenus dépendent.

Si vous avez besoin d’un audit SEO, n’hésitez pas à me contacter.

Ou sinon, bon courage avec votre stratégie de référencement ; montrez à Google qui est le maître !

Audit SEO e-commerce

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Cliquez sur une étoile pour donner votre avis

Avis moyen 5 / 5. Nombre d'avis donnés 2

Soyez le premier à donner votre avis

Ouvrir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d’un hébergeur ?

Convivial, sympa, fiable, et pas cher,
O2Switch me semble être la meilleure offre actuellement sur le marché français.
C’est pourquoi j’y héberge tous mes sites.

Panier
Retour haut de page